mardi 12 avril 2011

La réparation de Katia Gagnon

La réparation  Katia Gagnon  Boréal 203 pages



Résumé:
Marie Dumais, journaliste, est chargée d'enquêter sur la mort de Sarah Michaud, 15 ans.  La jeune fille a été victime d'intimidation.  La journaliste s'attelle donc à découvrir l'histoire qui se cache derrière les portes de l'établissement privée où Sarah Michaud était boursière.  D'un autre côté, qui est cette petite fille dont on parle, forcée au silence par sa mère et enfermée dans une chambre sordide d'un appartement de Montréal?

Critique:
Ce livre est du genre à poser les bonnes questions et à remettre les vérités en face: on questionne souvent le rôle de la DPJ, on critique violemment ses erreurs et ses échecs, mais quand parle-t'on des vies qu'elle réussit à sauver, des petits êtres humains qu'elle tire de leur misère pour les amener vers mieux?  Rarement.  Mais ici, on laisse toute la place à cette réalité, que même si le système n'est pas parfait et que bien des erreurs y surviennent, cette institution est chargée de prendre soin d'enfants, véritables poqués de la vie, dont personne ne pourrait prendre soin tellement leurs cas sont devenus lourds et pénibles.  L'histoire est prenante, terriblement, on suit à la fois les découvertes de Marie Dumais dans son enquête journalistique sur le suicide de Sarah Michaud et aussi le cheminement de cette petite fille isolée qui s'imagine pouvoir faire sortir la fée Clochette du catalogue Sears par la simple force de sa pensée.  Une petite fille qui vit dans un silence complet, total, parce que sa mère, prise dans un délire religieux psychotique, la prend pour une élue à protéger de la parole humaine.  Que la DPJ sort de son isolement pour qu'elle puisse reprendre le chemin de la vie.  Et qui réussit à s'en sortir grâce à eux, malgré des séquelles.  À vraie dire, le livre est excellent, mais les événements dans les trente dernières pages gâchent tout!  On nous sort un ancien chum comme un lapin d'un chapeau et un lien entre Sarah Michaud, Marie Dumais et le passé de celle-ci que j'ai trouvé cousu de fils blancs pour aller chercher la finale.  Bref, un excellent livre, avec une écriture maîtrisée, directe, qui va au coeur de l'émotion et un complet dérapage pour la finale.  Une finale auquel je n'ai pas cru.  Peut-être parce que j'aurais davantage aimé qu'elle soit davantage liée à Sarah Michaud que l'on abandonne quelque part sans savoir si ses agresseurs vont finir par payer pour ce qu'ils ont fait.  Peu importe, j'espère sincèrement que ce livre fera son chemin parce que les questions qu'il pose sont les bonnes et aussi parce que sa portée humaine est magnifique.

Ma note:4/5

Je remercie Diffusion Dimédia et plus particulièrement (et sincèrement!) Isabelle pour ce service de presse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire