mardi 4 mars 2014

Olympe de Gouges de Catel et Bocquet

Olympe de Gouges  Dessins de Catel Muller  Scénario de José-Louis Bocquet  Collection Écritures  Casterman  489 pages


Résumé:
En plein XVIIIe siècle naît une petite fille, enfant de l'amour.  Sa mère, déjà mariée, elle sera nommé du nom de son beau-père: elle s'appellera Marie Gouze.  Bientôt veuve, sa mère continue de fréquenter son père naturel jusqu'à son remariage.  Elle-même mariée à dix-huit et vite mère, Marie sera rapidement veuve.  Désormais libre d'elle-même, elle choisit de ne pas se remarier, mais prend tout de même un amant pour lui assurer des revenus réguliers.   Elle le suit lorsqu'il est appelé à Paris et entreprend par une suite de hasard une carrière dans les lettres.  Dans cette France marchant à grands pas vers la Révolution, celle qui se fait maintenant appeler Olympe de Gouges fera son chemin parmi les plus grands esprits du siècle: Franklin, Danton, Condorcet, Marat, Robespierre.  Femme de lettre, elle sera auteure de théâtre, mais également pamphlétaire et mettra à l'honneur une valeur bien autrement révolutionnaire que celle des députés des États-Généraux: l'égalité entre les hommes et les femmes.

Mon avis:
Fiou!  Une biographie en bande dessinée qui se lit comme un roman d'aventure.  Aventures intellectuelles, il faut le dire, mais qu'importe, la vie d'Olympe de Gouges a tout d'un roman!  Enfant naturelle d'un poète, mère mariée à un autre, la fillette se distinguait dès le départ:  son histoire était particulière et elle restera toute sa vie un peu en dehors des normes.  Mariée jeune et presque aussitôt veuve, elle élèvera seule son fils, menant sa vie de son propre chef.  Elle aura des amants, beaucoup d'amis, mais surtout une volonté affichée de suivre sa propre route.  Olympe fera le choix de se lancer dans une carrière littéraire.  Elle n'a pas, comme dans de trop nombreux romans biographiques, un but au départ.  Erreur fréquente que de regarder les débuts à la lumière de la fin.  Car il n'y a pas de ligne droite dans son cheminement: elle avance selon les événements.  Personne n'aurait pu croire que la Révolution mènerait à la Terreur et que les modérés seraient exécutés.  Et si la plupart désirait le changement, tout le monde a pris un train en marche sans savoir jusqu'où il irait.  C'est dans la tourmente que tous devront prendre des décisions qui les mèneront soit à la vie, soit à la mort.  Olympe de Gouges est une femme qui a ses idées et veut les défendre, mais ce n'est pas une intégriste.  Elle croit en certains sujets, mais n'est pas du genre à mettre de côté des gens en désaccord avec les siennes.  Elle préfère le débat, le choc des idées, sans les attaques personnelles.  En ce sens, elle est très moderne dans une époque qui n'a pas brillé pour sa souplesse envers les idées différentes.  Cela la mènera d'ailleurs à l'échafaud.  On ne peut qu'avoir de l'admiration envers le dessinateur Catel en voyant cette BD: il sait faire évoluer les personnages de ses personnages, souvent de l'enfance à l'âge adulte en souplesse.  Lentement, les traits se modifient, on voit le temps passer sur eux.  En plus des détails des toilettes, des coiffures qui se modifient selon la mode de l'époque.  Certains scènes, incluant celle où Olympe se fait coiffer par un perruquier noir doivent avoir demandé des heures et des heures de recherche.  Les arrières-plans tout autant que les avant-plan sont aussi finement travaillé.  Que du boulot!  En plus, la totalité des dessins sont en noir et blanc.  Je n'ose me demander le nombre d'heures d'encrage qu'a demandé un tel album!  Ici, le dessin et le scénario s'épouse pour donner une BD de grande qualité, avec un sujet extrêmement bien traité.  Magnifique.

Ma note: 4.75/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire