mardi 5 novembre 2013

Les deuxièmes de Zviane

Les deuxièmes  Zviane  Pow Pow 128 pages


Résumé:
Deux amants se retrouvent dans une maison isolée.  Ils ne se sont pas vus depuis plusieurs mois, ils se retrouvent.  Le temps de quelques heures, on va les accompagner.  Les suivre dans leur relation, qui est celle de «deuxièmes»: ils sont amants, pas amoureux et quelque part, leur relation, légèrement assombrie par l'ombre des «premiers», leurs conjoints, a le goût de l'éphémère, de ce qu'on doit consommer tout de suite avant que la saveur ne se dissipe.

Mon avis:
Que dire?  Wow?

C'est ce qui résume le mieux cette petite BD, sobre, mais terriblement efficace.  On est dans un thème connu, celui des amants adultères, mais en même temps, avec la touche des amours d'aujourd'hui, faits de moments volés au temps parce qu'on sait que rien ne dure.  Les dessins sont au premier coup d'oeil simples, mais un peu d'attention permet de remarquer les subtiles nuances dans le regard d'un personnage, dans une expression, dans la façon dont les ombres sont tracées...  Ce qui toute toute sa force aux personnages car toute la nuance de leurs émotions s'y trouve inscrite.  De l'art dans ce que l'expression bande dessinée peu comporter de plus noble.  Les personnages n'ont pas de noms, mais ça ne dérange rien à l'histoire.  Écrite ou dessinée, elle aurait eu autant de force car justement, sa force vient de là: ses dessins nourrissent son histoire autant que des descriptions le feraient, tellement elles se marient bien au dialogue.  Ce livre est également une ode à la musique classique.  Certaines parties sont d'ailleurs composées de dialogues faits entièrement de notes en guise de textes dans les phylactères.  Je ne suis pas douée pour la lecture à vue, mais la façon dont les notes étaient placées dans les phylactères permettaient de deviner le dialogue, de sentir le message que ce passait les deux amants.  Autre point important, cette histoire est une ode à l'érotisme.  Pas à la pornographie, on est très loin des références aux alcôves de clubs vidéos.  Non, si on y voit clairement les organes génitaux des deux protagonistes et où la sexualité y est rien moins qu'explicites, la référence est clairement le plaisir des deux partenaires.  Une ode magnifique d'ailleurs.  Une superbe découverte que cette Zviane.  À suivre, car elle maîtrise visiblement autant l'art du scénario de BD que du dessin.

Ma note: 5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire