lundi 24 janvier 2011

Lire tout le temps?

Salut!

Je me rends compte avec les années que je ne lis pas tout le temps.  Que ça vient par vague, par coup.  Je peux lire 5 livres en 10 jours et pouf, réduire énormément le rythme pendant la semaine suivante.  Pourquoi?  Bon, il y a le courant de la vie, il y a des périodes où je suis beaucoup plus occupée que d'autres et où le temps et l'énergie manque.  Mais il y a aussi des périodes où je ne lis pas, tout simplement.  Ça fait partie de mon rythme, de ma façon d'être.

Je suis une lectrice de longue date et je lis, bon an, mal an, une bonne centaine de bouquins de tous genres.  Mais malgré tout, je ne m'en lasse pas.  Quand j'ai une passe de non-lecture (ou une panne si vous préférez, bien que je préfère parler de non-lecture), je fais autre chose, mais je finis tout le temps par revenir à mes livres.  C'est plus fort que moi.  Ça fini par me démanger et pop, je retombe dedans, sans le moindre effort souvent.  Je me connais assez depuis le temps pour savoir que si j'ai une phase de non-lecture, la meilleure façon pour moi de remettre la machine en selle est de terminer un livre, c'est automatique, j'ai besoin d'en commencer un autre à la suite, même si j'en aie deux ou trois autres en cours!  C'est ainsi, mon plurilectrisme me fait des problèmes, mais j'ai constaté depuis longtemps que je ne suis pas la lectrice d'un seul livre.  Mes livres sont comme des amants de passage et je ne suis pratiquement pas capable d'en avoir un seul à la fois.  Gourmande...

Mais qu'est-ce que je fais quand je ne lis pas, quand je n'ai pas envie de m'asseoir sur mon divan en compagnie d'un livre, enveloppée d'une couverture bien chaude et une de mes minettes collée contre moi?  Quand je regarde mes livres et que je me détourne, quand, non, je n'ai pas envie de ça?  Je fais bien souvent dans ces périodes beaucoup de ménage, chose que je néglige souvent le reste du temps.  Je suis traîneuse en plus d'être lectrice, mauvais mélange!  Mais je fais aussi de la cuisine, de l'artisanat (je fabrique la plupart de mes bijoux moi-même), j'écoute de la musique des heures de temps, je regarde des DVDs (mais jamais la télé, je n'ai plus le câble depuis des années!).  Bref, je fais autre chose.  Je me ressource en quelque sorte, parce que j'ai beau aimé lire, trop d'une bonne chose devient nocif.  Je crois que ces périodes de non-lecture sont un nécessaire balancier et qu'elle me permette de garder un équilibre entre ma passion et la vraie vie, le vraie monde.  Ça m'évite de devenir tourneuse de page compulsive!  Quoique je me dis parfois que même ça ne me permettrait pas de venir à bout de ma monstrueuse PAL...

Et la panne?  La fameuse panne que craigne tous les lecteurs, celle dans laquelle on a l'impression de ne plus du tout avoir le goût de lire, de l'avoir perdu à jamais?  Primo, je n'y crois pas.  C'est pourquoi je parle pour moi-même de phase de non-lecture et non de panne de lecture.  Parce que les vrais lecteurs ne perdent jamais complètement le goût de lire.  On peut se détourner un temps et revenir plus tard, alors voir ailleurs si le vent est meilleur, mais la lecture, c'est comme un port d'attache, une baie calme où on peut se reposer du reste de la vie.  C'est comme une relation de couple, il y a des moments où l'autre nous tombe sur les nerfs et pourtant, on finit par revenir parce que l'attachement est là.  Et les divorces entre les lecteurs et la lecture sont plutôt rare!  Je ne crois pas à la panne, mais plutôt à la pause.  Le mieux est dans ces moments-là de fermer le bouquin et de sortir dehors voir le monde!  Les pages vont toujours finir par redevenir attirante et nous appeler de leur chant de sirène.  Peut-être aujourd'hui, peut-être demain, peut-être dans une semaine, dans un mois, dans un an, mais un lecteur retrouvera toujours le chemin des livres.  Et comme on se sera éloigné pendant un temps de nos amours, les retrouver n'en sera que plus savoureux.

@+ Prospéryne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire