mercredi 12 décembre 2012

La magie de la découverte de la lecture

Salut!

Je tiens ici à rendre hommage à une personne qui a eu une influence profonde sur ma vie: mon enseignante de première année.  Elle s'appelait Lyne.  Lyne avec un y.  Et dans son nom de famille, il y avait chat, ce qui fait que je l'ai tout de suite aimée (Mon amour des chats remonte à loin!).  Lyne Chabot.  C'était une toute jeune enseignante, dans ses toutes premières années de carrière.  Elle était sans doute encore naïve, mais dans ce cas, elle l'était dans toute sa fraîcheur.  Et c'est à elle que je dois aujourd'hui de savoir lire.

Elle avait un don.  Oui, oui, je le jure!  C'était une magicienne dans son genre.  Avec elle, les lettres qu'elle écrivait sur le tableau se transformait en sons, puis en mots.  Lentement, une journée à la fois, elle nous ouvrait les portes du monde de la connaissance.  Elle savait rendre simple les tâches les plus complexes et ne pas s'en faire si les bâtonnets que nous écrivions ressemblaient davantage à des hiéroglyphes qu'à des mots.  Et elle avait l'infini patience de nous montrer trois fois plutôt qu'une quand nous ne comprenions pas.

Je me souviens du rituel de notre livre de lecture de la semaine.  Elle alignait une série de livres au bas du tableau vert, au milieu des craies et des brosses à tableau.  Je ne me souviens ni des titres, ni des histoires, mais du design des couvertures, oui.  Des livres blanc, avec des lignes horizontales de couleur, ce qui me fait dire que nous avions droit aux livres de La courte échelle.  Rangée par rangée, nous allions échanger notre livre de la semaine précédente contre un autre.  Il se retrouvait bien vite coincé entre le duo-tang contenant nos devoirs et nos coffres à crayon, direction la maison pour se faire lire.  Habituellement, je le dévorais une première fois dans l'autobus.  Contrairement à beaucoup de mes camarades de classe, j'ai rapidement su déchiffrer ces petites bêtes noires pour leur trouver un sens.  Aidée en ça par la pile de livres des contes de Disney qui garnissait les tablettes de la bibliothèque familiale.  Mais il a fallu attendre décembre pour que je comprenne que je pouvais lire dans ma tête.  Ma mère en avait un peu marre de m'entendre ânonner mes livres d'école...

Mais le plus beau souvenir que je garde de ma première année, est celui du rituel de l'histoire qu'elle nous racontait.  Elle sortait de la classe quelques instants puis revenait avec un immense livre, qu'elle tirait d'une enveloppe, nous disant à chaque fois que le facteur venait tout juste de le livrer.  À croire que le pauvre homme attendait dehors quel que soit la température juste pour lui donner le livre qu'elle allait nous lire!  (J'ai découvert en troisième année qu'elle les cachait dans le local du concierge juste en dehors de la classe!)  Elle s'installait au fond de notre local et nous permettait de prendre chacun un coussin dans la boîte qui en débordait.  Évidemment, on se disputait ardemment le seul coussin un peu plus gros que les autres!  Et le ou la chanceuse qui mettait la main dessus la partageait alors avec son ou sa meilleure amie!  Mais dès que notre professeure ouvrait le livre, le silence se faisait dans la pièce.  On était suspendus à ses lèvres: on nous racontait une histoire.  Je ne me rappelle d'aucune d'entre elles, j'étais trop jeune, mais de la beauté de ces moments-là, oui, d'elle assise, les jambes croisées, le livre largement ouvert devant elle, oui.  Et du bonheur que j'avais à l'entendre lire aussi.  Du bonheur qu'était ces instants de lecture pour la petite fille aux boucles brunes que j'étais.

Je suis entrée à l'école primaire en 1989.  Ma prof, si elle enseigne encore, doit compter aujourd'hui au moins 23 ans de carrière.  Je ne l'ai jamais revue.  Elle a quitté notre école quelques années après m'avoir enseigné.  J'ignore où elle est maintenant.  Néanmoins, du fond du coeur, j'aimerais lui dire ceci:

Merci Lyne!

Merci de m'avoir appris à lire, merci de m'avoir donné l'envie de lire.  Et j'espère, du fond du coeur, que je n'ai pas été la seule à avoir profité à fond de tes enseignements.

@+ Mariane

4 commentaires:

  1. Quel bel hommage. Et tu es bonne de te souvenir de tant de détails. Faut dire que ça ne remonte pas à trop loin, hihi!

    RépondreSupprimer
  2. As-tu essayé "Lyne Chabot" dans Google images?

    RépondreSupprimer
  3. Quel magnifique billet... et ô combien inspirant pour moi, avec la profession que je convoite ! Merci, Prospéryne.

    RépondreSupprimer
  4. @ClaudeL, remonte quand même à plus de 20 ans! J'ai juste une très très bonne mémoire. Et pas mon genre de pister le monde sur Google Images.

    @Sébastien, ;)

    RépondreSupprimer