jeudi 23 décembre 2010

Fin du rush...

Voilà, c'est fait, c'est fini, je suis rentrée chez moi et j'ai survécu à un avant-Noël de malade de plus!  Depuis que je travaille dans le public, j'ai découvert que le temps des Fêtes ne m'allume plus autant qu'avant.  C'est beaucoup plus dur de se mettre dans l'esprit de Noël quand on doit se taper l'étirement de la saison depuis la mi-novembre.  Là, il me semble que je peux écouter la musique de Noël le coeur en paix, sans me dire que je dois résister pour ne pas être écoeurée au possible arrivée au grand jour!

Bon, bon, bon!  Parlons de livre plutôt!  C'est le but de ce blog après tout!  Les chanceux à avoir sérieusement garni leurs bas de laine en cette belle saison ont pour nom Ingrid Bétancourt, Marie Laberge, André Cédillot et son comparse André Noël (ouin, ça doit être les seuls à qui ça rapporte vraiment de lutter contre la corruption!), ainsi que dans une moindre mesure, Ken Follett, Kim Thùy et Joël Legendre.  Les recette à la mijoteuse de Coup de pouce ont fait un malheur (mais c'est vrai qu'elles sont très très bonnes!) et Michel David a augmenté ses dons posthumes à sa succession.  Pour ma part, mes chouchoux de la saison ont fini par disparaître des tablettes assez vite, L'hypnotiseur de Lars Kepler (oui, je sais, je ne l'ai pas encore fini, mais bon, j'en avais lu assez dedans pour faire d'excellentes recommandations qui ont été très suivies!), les trois tomes de Fablehaven (j'ai bien dû vendre trois fois la série complète) et aussi bizarre que ça puisse paraître, j'ai aussi réussi à passer plusieurs copies de l'un de mes plus gros coups de coeur de l'an dernier, soit Le livre des choses perdues de John Connolly, mais pas son petit dernier de cette année, Les portes.  Parler de physique quantique fait fuir les gens, je ne sais pas pourquoi!

Parce qu'être libraire, même si je me plaît à l'oublier, c'est aussi vendre.  J'aime mieux voir ça comme une façon de partager mes passions, l'aspect pécunier de mon travail me déplaisant quand même un peu.  Je laisse ça à mon patron!  Il n'y a rien qui me fasse plus plaisir que de voir quelqu'un partir avec un livre pour lequel j'ai cliqué, convaincu par ma passion pour celui-ci, ou encore quelqu'un qui réussi à trouver son bonheur, malgré les difficultés rencontrées en cherchant!  J'en oublie que je fais partie d'une industrie qui brasse des millions de dollars par année dans ces moments-là.  Et c'est sans doute mieux ainsi, je peux plus facilement me concentrer sur ce qui me plaît vraiment: parler de livres, de ceux que j'ai aimé ou moins aimé et aussi, ceux qui me font tripper ou découvrir le monde.  Le grand rush de la période des Fêtes est terminé, on peut maintenant penser à aller de l'avant vers la rentrée de l'hiver hivernale et tout le reste que je fais.  Je vous réserve peut-être d'ailleurs quelques surprises pour 2011, qui sait?

@+ Prospéryne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire