mercredi 17 septembre 2014

Faut que je me surveille...

Salut!

Quand j'aime quelque chose, j'aime rarement à moitié.  Sauf que ça me fait faire de sacrées gaffes.  Bon, Ex-belle-soeur me l'avait bien dit:

-C'est le fun quand tu nous parle d'un livre que tu as aimé Mariane, sauf qu'on le lira pas, tu nous raconte aussi la fin.

Oups...

Le pire, c'est que c'est vrai!  Quand je commence à raconter une histoire, surtout si je l'ai beaucoup aimé, je m'emballe!  Je raconte une partie de l'histoire, je nomme mes scènes favorites, je parle de tel ou tel personnage, je donne souvent beaucoup trop d'indices...

Ok, je l'avoue, quand j'ai parlé d'un livre que j'ai aimé, je déborde souvent d'enthousiasme.  Comme un volcan qui entre en éruption, je me lance dans un long monologue où je revis, en les racontant les plus beaux moments de mon livre.  Le problème étant qu'en les racontant, je les vole un peu aux personnes à qui j'en parle.  Je leur vole l'occasion de les découvrir par eux-mêmes.  C'est pas super, je le sais, mais bon, moi, ça me donne l'occasion de les vivre à nouveau, de faire partager ce petit moment de vie qui m'a remplie de joie.  Plaisir un peu égoïste, j'en conviens.

Alors, il faut que je me surveille.  Quand j'étais libraire, je me faisais un point d'honneur de faire hyper-attention à ce détail.  Mentalement, j'avais une barrière qui dès qu'elle était approchée, se mettait à sonner comme une alarme d'incendie avec lumière rouge et tout le tralala.  Il me fallait alors faire une pirouette verbale pour ne pas dire la suite.  Il ne fallait quand même pas voler le punch, je voulais vendre le livre après tout!  Alors, professionnellement, j'ai pas mal toujours réussi à tenir le coup.  Mais le reste du temps...

Je confesse avoir raconté la fin de Twilight à au moins une bonne dizaine de personnes.   Bon, certains me diront que c'est pas très grave, mais reste que je l'ai fait.  J'ai livré le punch de Harry Potter à d'autres aussi, même si ces personnes ne voulaient pas nécessairement le savoir.  Ce qui est autrement plus grave!  Si on me dit, non, je ne veux pas le savoir, je peux me taire, je peux le faire.  Mais en piétinant sur place et en me mordant les lèvres pour ne pas en dire plus.  C'est très difficile.  Mais je peux le faire, je peux le faire.  Ok, Harry (spoiler alert!!!)

Après m'être fait tapé sur les doigts de nombreuses fois, j'ai appris à détecter les signes.  Quand les gens se reculent légèrement, quand leurs mains s'élèvent, quand leur regard s'éloigne légèrement de moi, j'ai appris à retenir ma langue et à garder un peu les punch pour moi.  C'est très difficile, mais je sais maintenant le faire.  J'ai appris à le faire.  Je vais maintenant juste me mettre sur votre dos pour que vous lisiez le livre au plus vite afin que l'on puisse en parler. En me mordant les lèvres pour ne pas en parler.  J'ai même appris dans certaines séries pour lesquelles il y a vraiment beaucoup de punch, à me taire littéralement.  La vie est dure parfois!

Et au fait, personnellement, il y a des livres pour lesquels j'adore que l'on me raconte le punch, mais d'autres pour lequel... je vais très vite vous couper la parole.  Quand je veux pas le savoir, je prends pas de risque, je le dis tout de suite.  Juste au cas où vous auriez les mêmes habitudes que moi...

@+ Mariane

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire