vendredi 29 octobre 2010

Les tueuses de Chiran de S.D. Tower

Les tueuses de Chiran S.D. Tower Éditions Pierre Tisseyre Collection Chacal t.1: 482 et t.2: 432 pages



Résumé:
Depuis la l'invasion des Bannis et la Partition de l'ancien empire durdane, rien ne va plus. Les despotes règnent sur les ruines de ce qui fut un immense empire, morcelant le territoire et le ravageant par leurs incessantes querelles. Le dernier Seigneur-Lumineux, héritier lointain et affaibli du dernier empereur a été assassiné ainsi que son fils et a été remplacé par un autre enfant afin d'éviter de nouvelles querelles dynastiques. Mais depuis les tréfonds du pays, la petite Lalé ne se doute de rien de tout cela. Orpheline, à 11 ans, elle est avant tout une charge pour le minuscule village indigent où on l'a trouvé à bord d'une barque avec deux vieillards moribonds. Le jour où elle commet par erreur une perte grave pour le village, elle est chassée par tous. Sur le chemin qu'elle prend, elle croise Makina Seval, une despotanat qui la recueille et l'élève comme sa propre fille dans son école destinée aux orphelines sans famille. Mais le but de la despotanat est loin d'être altruiste. Lalé ne sera pas uniquement formée aux usages de la haute société, mais aussi à ceux de l'espionnage, car Makina Seval n'est autre que la mère du Seigneur-Lumineux assassiné. Et elle fera tout en son pouvoir pour que Lalé accomplisse son but suprême: tuer Terem, l'enfant qui a remplacé son fils sur le trône du Seigneur-Lumineux.

Critique:
On pense facilement à la Chine est à l'Asie en général dans ce roman, tellement les références aux livres sur lesquels sont basés l'éducation de Lalé et des autres jeunes filles sonnent comme des ouvrages de Confucius! par les descriptions architecturales, la structure de la société, même par les illustrations de couverture, le livre se nourri de référence asiatique. Car s'il a été séparé en deux tomes, le livre ne raconte qu'une seule et même histoire. Le premier tome est destiné à mettre en place le complot pour assassiner Terem, jusqu'à la première rencontre entre Lalé et celui-ci. Le deuxième tome couvre la conspiration, mais aussi la lente évolution qui conduira Lalé à remettre en question tout ce qu'on lui a appris auparavant. En tant que tel, c'est donc ce long complot pour assassiner Terem qui est mis en avant, mais on suit avant tout et surtout Lalé, dans son long apprentissage, des bonnes manières à la l'espionnage en passant par celui du théâtre, jusqu'au lit de Terem. Ses émotions, son cheminement sont admirablement menés. On sent ses hésitations, ses doutes, ses convictions être rongées lentement mais sûrement par ce qu'elle découvre petit à petit. Et aussi par son amour pour Terem. Les 200 dernières pages se lisent d'une seule traite après une assez longue introduction visant à mettre en place les différents personnages et aussi la psychée de Lalé. J'ai trouvé la fin un peu mélodramatique, avec beaucoup d'effets théâtraux un peu trop étiré. Lalé est une actrice, mais quand même! Au moment où tout son entraînement doit lui servir, pouf, tout la lâche! Un peu décevant. De même, la lectrice adulte est habituée à davantage de piment dans ce livre qui reste plutôt chaste dans ses descriptions. Autant du côté de la liaison entre Terem et Lalé que du côté de l'entraînement de cette dernière, il y a une grande pudeur dans les mots qui font que l'on comprend tout sans avoir nécessairement que cela soit explicite. Ce n'est pas pour rien que malgré le sujet ce livre se soit retrouvé dans une collection jeunesse! Malgré tout, j'ai passé un très bon moment de lecture et les quelques 900 pages de l'ensemble ne m'ont pas paru longues du tout. Exploit d'autant plus remarquable que les scènes d'actions sont assez peu nombreuses durant le livre. Ce qui prouve qu'une histoire bien raconté peu être captivante même sans scène de bataille aux 10 pages!

Ma note: 4/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire