lundi 11 octobre 2010

En plein coeur de Louise Penny

En plein coeur Louise Penny Flammarion Québec 332 pages Traduction de l'anglais de Michel St-Germain



Résumé:
Qui a bien pu tué Jane Neal, ancienne institutrice retraité, impliquée dans la communauté et que tout le monde semblait-il, aimait? Car dans la petite communauté de Three Pines, village bucolique des Cantons-de-l'Est, tous peuvent être suspect à première vue. C'est donc à Armand Gamache, officier francophone de la Sûreté du Québec que l'on confie l'enquête. Assisté de son fidèle adjoint Jean-Guy Beauvoir et de la nouvelle à l'escouade des homicides Yvette Nichols, Gamache prend la direction de ce petit village où francophone et anglophone vivent ensemble en harmonie. Qui dans toute la galerie des personnages de ce village est le meurtrier et surtout: pourquoi a-t'il tué Jane?

Critique:
C'est un roman d'ambiance autant que d'enquête. On a un petit village niché au creux des vallons de l'Estrie, un petit village avec une librairie, un bistro et un gîte touristique tenu par un couple gay, deux artistes géniaux, mais fauchés, une vieille poète lauréate du prix du Gouverneur général au caractère épouvantable, un fils à maman récemment orphelin et Jane, l'institutrice assassinée. Armand Gamache arrive dans ce petit village à la dualité linguistique merveilleusement bien rendue dans la traduction (triple chapeau au traducteur Michel St-Germain qui a fait un travail exceptionnel sur ce livre) et commence son enquête. On nous présente un être extraordinairement humain, un homme avec ses doutes et son instinct, ses techniques d'enquête basées sur une très fine observation de la nature humaine, cultivé, élégant, toujours amoureux de sa femme après 30 ans de mariage, nullement alcoolique ou pris dans une crise existentielle, bref, très loin de d'autres inspecteurs que l'on connaît! Gamache n'est pas seulement minutieux envers son enquête, il l'est également auprès de ses enquêteurs, surtout de la nouvelle, Yvette Nichols pour ne pas la nommer, très beau personnage de femme qui peine à comprendre que le problème ne vient pas des autres, mais bien d'elle-même. Jean-Guy Beauvoir est également un très beau personnage, respectueux de son supérieur, mais n'hésitant pas à le contredire si besoin est. Une équipe d'enfer que ces deux-là. On plante le décor à d'autres enquête en découvrant les membres de l'équipe de Gamache. Mais surtout, on a droit à une très très bonne enquête, à de nombreux rebondissements et à un meurtrier que l'on aurait pu croire au-dessus de tous soupçons. J'ai juste trouvé le mobile un peu tiré par le cheveux, mais ça ne gâche pas le plaisir de la lecture. Mais surtout, l'auteur nous promène dans la culture canadienne comme on l'a rarement vu. On parle des Prix du Gouverneur Général en littérature, de l'art, de la peinture surtout, de la littérature (et de certains auteurs canadiens dont j'espère presque qu'ils existent!), mais aussi de la nature, de sa beauté et de sa puissance dans les feuilles dorées de l'automne canadien. Et aussi beaucoup de météo (sommes-nous si obsédé que ça par le temps qu'il fait ou qu'il va faire???) On a dit de l'auteur que ses romans ressemblaient à une version moderne des livres d'Agatha Christie et le compliment est mérité, car l'ambiance à la british-canadian est très bien rendue. Un très bon moment de lecture.

Ma note: 4.5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire