mardi 31 décembre 2013

2013: Petit bilan

Salut!

2013 a été une année fort chargée pour moi.  Ça, c'est on ne peut plus indéniable.  Quand on change d'appart, de ville, de boulot et de voiture, on peut dire qu'on a fait de saprés changements en peu de temps!  Il est maintenant temps de dresser un petit bilan de ce qui s'est passé.

Première des choses à savoir, cette année, j'ai changé un peu ma façon de faire.  Je me suis, par les années passées, toujours fixé un objectif de lecture dans l'année de 100 livres minimum.  Souvent 120.  Je l'ai atteint la plupart du temps.  Sauf que cette année, j'ai voulu faire changement de tout ça pour une raison bien simple: j'en était venue à préférer la lecture de livres plus courts et à négliger quelques bonnes briques qui traînaient dans mes rayons.  Au lieu de me dire de lire tel nombre de livres, je me suis plutôt fixé un objectif en terme de pages lues.  24 000 pages.  Pourquoi ce chiffre?  Ben, j'en avais lu à peu près 23 000 en 2012, alors je me suis dit que ça ferait un bon chiffre rond!  Objectif pas tout à fait atteint: 21 704 pages lues en 2013 (enfin, un peu plus si je termine mes deux livres en cours ;) ).  Cool non?  Je crois que je vais maintenir la formule, elle est très agréable à suivre.  En terme de livres par contre, je n'en aurais pas lu 100 cette année, mais bon, ça arrive!  Avec tout ce que j'ai vécu, je me pardonne tout ça très facilement!

Ceci m'a permis de sortir quelques livres qui traînaient depuis des lustres dans mes bibliothèques et de les dévorer.  J'ai ainsi fait quelques très belles découvertes comme Fanny Stevenson d'Alexandra Lapierre, Le choeur des femmes de Martin Winckler et La voleuse de livre de Marcus Zusack.  Des livres qui étaient dans ma PAL depuis longtemps et dont je remettais la lecture à plus tard à cause de l'épaisseur.  En changeant la façon dont je me fixais des objectifs, j'ai aussi changé ma façon de lire et je crois que ça a été plus que positif.

Autre point, en relisant les titres des livres que j'ai lu une bonne dizaine de livres «sérieux» durant l'année: essais, livres de philosophie ou d'histoire.  J'avais dit dans mes intentions de début d'année que je voulais en lire un peu plus.  Objectif atteint, mais de façon paradoxale, je l'ai atteint parce qu'à un moment donné, c'était les livres que je lisais le plus facilement.  J'ai vécu tellement de bouleversements, autant professionnels que personnels, qu'à un moment donné, je n'étais presque pas tentée par les romans.  J'avais besoin de nourriture intellectuelle.  L'essai me convenait bien mieux.  D'ailleurs, souvent, c'était le seul genre de livre sur lequel j'arrivais à me concentrer.  Je remarque aussi que c'est ceux dans lequel j'arrivais à progresser de façon plus régulièrement.  J'en lisais un bout à tous les jours, contrairement aux romans que je pouvais facilement délaisser pendant plus d'une semaine.

J'ai encore une fois lu beaucoup de BD cette année, mais cette fois, je me suis branchée profondément sur la BD québécoise.  J'ai fait de nombreux achats, je n'ai pas encore tout lu, mais j'ai plongé à fond dans les univers de phylactères faits ici.  Pour le reste, je suis restée en bonne partie fidèle à mes anciennes amours, tout en allant folâtrer ici et ailleurs, faisant de très belles découvertes.  L'histoire de la petite chienne Laïka de Nick Abadzis compte parmi mes très belles découvertes.  Tout comme Les deuxièmes de Zviane, une auteure que je vais suivre à coup sûr!

Autre trait marquant de cette année, les livres audios.  Je n'en avais lu qu'un seul en 2012 et c'était mon premier.  Cette année, j'en aie lu quatre.  Quatre fois plus quoi!  J'en aie commencé et arrêté quelques autres aussi.  J'aime bien, mais ce genre a ses limites.  Le choix est relativement limité et la qualité des lecteurs est variables.  De plus, certaines maisons d'édition (Gallimard!!!) ont la manie de ne pas mettre les textes intégraux, ce qui me mets en (mettez ici le terme vulgaire de votre choix).  Une partie de la sphère littéraire que je vais sûrement continuer à explorer, parce que j'y aie fait de belles découvertes.  Le choix étant limité, on s'essaie à des choses que l'on aurait pas essayé autrement et c'est tant mieux comme ça!

2013 a aussi été une année de science-fiction.  J'ai beau regarder les titres, je me rends bien compte que je n'ai pas lu tant de fantasy et de fantastique que ça!  Le seul titre qui m'a vraiment marquée est Le cirque des rêve d'Erin Morgenstern (pas critiqué ici, mais à lire dans le Solaris de cet automne!).  Donc, surtout de la SF, mais de belles qualité: La stratégie Ender d'Orson Scott Gard que j'ai adoré, Chronoreg de Daniel Sernine, une totale découverte plantée au coeur du Québec, wow!  À noter également, Les monades urbaines de Robert Silverberg.  Je connais Silverberg depuis longtemps, mais ce livre-ci est considéré comme l'un de ses livres les plus marquants et je dois dire que je suis pleinement d'accord.  À travers ses trois gros morceaux, de petites perles moins connues: la série des Chaaas de Michèle Laframboise qui aurait sans aucun doute mériter plus de rayonnement que ce qu'elle a eu, l'excellent Clowns vengeurs de Dominic Bellavance et la série dérivée de l'univers du jeu vidéo de Mass Effect.  Dans ce cas, ce n'est pas de la grande SF, mais disons tout de même que c'était un excellent divertissement.

Des déceptions en 2013?  Non, mais beaucoup de demie-teinte.  Et une forte envie d'attendre la sortie de certains films pour connaître la suite de certaines séries commencées cette année.

Côté blogue, j'ai traversé une grosse passe à vide durant les derniers mois de 2013.  Combinez trop de changements, une réorganisation totale de mon temps et de celui que j'avais à consacrer à mon blogue et une panne d'idées, ça n'a pas été jojo tout le temps.  Depuis le début des vacances des fêtes, j'ai consacré énormément de temps à mon blogue.  J'ai écrit beaucoup de billets, de critiques, je crois que j'ai retrouvé ma voix de blogueuse.  Les thèmes sont proches, mais j'ai commencé à élargir ma vision de certains points et ça fait du bien.  J'ai l'impression d'avoir de l'air frais dans mes idées.  J'ai aussi d'autres changements en tête, annoncés, mais pas encore mis en place que je me laisse le temps de peaufiner avant de les mettre en place.  Progressivement.  Je ne me mets ni date, ni contrainte là-dessus, au contraire: je veux laisser les choses venir d'elles-mêmes.

Maintenant, on passe à 2014 dans quelques heures et une nouvelle année de lecture et de blogue commence! :)

Bonne année 2014 à tous, que tous vos souhaites les plus chers se réalisent, mais surtout que santé, bonheur et prospérité s'y joignent!

@+ Mariane

6 commentaires:

  1. Moi aussi j'ai fonctionné avec un objectif de 25 000 pages pendant plusieurs années! Mais maintenant je trouve ça trop fastidieux de compter les pages (GoodReads le fait, mais c'est pas toujours exact) alors je suis retournée au nombre de livres. Quand même, le système est plus logique. Félicitations pour ton année pleine de rebondissements! :)

    RépondreSupprimer
  2. @Myr_heille, je me suis fait un petit fichier excel pour compter les pages, à la fois par mois et par année... Vraiment pas compliqué à faire et ça permet un calcul des pages très simple! Cela dit, les deux méthodes ont leurs avantages!

    RépondreSupprimer
  3. Bilan très intéressant, ma chère!

    Je trouve excellente ton idée de comptabiliser le nombre de pages, plutôt que le nombre de livres. En effet, ça donne un résultat moins biaisé et ça devient moins limitatif.

    Ah! Chronoreg (Daniel Sernine) et Les limbes des immortels (Dominic Bellavance), en effet, c'était excellent! Il faudrait bien que je lise La stratégie Ender, j'ai adoré le film (les enfants m'ont déjà réclamé de l'acheter à sa sortie!)

    Grosse année 2013 pour toi à ce que je vois. Je te souhaite que 2014 t'apporte tout ce que tu désires... et en masse de temps pour lire (et écrire, pourquoi pas?) ;)

    RépondreSupprimer
  4. @Isabelle, je ne saurais trop te recommander La Stratégie Ender en livre, quoique la fin est légèrement différente de celle du film et honnêtement, je l'ai mieux aimée.

    Ah oui et 2013 m'a appris quelque chose de très important: c'est pas tant le temps pour écrire qui me manque que la QUALITÉ de temps pour écrire. Nuance très importante! On va mettre ça dans les petits trucs à travailler pour 2014. ;)

    RépondreSupprimer
  5. Je te souhaite une année 2014 un peu plus reposante! :)

    Pis pour le fait de compter les pages et/ou les livres... Euh... Pourquoi tu te fixes des objectifs quantifiés pour ta lecture? Penses-tu vraiment que tu arrêterais de lire si tu te laissais plutôt guider par tes envies? (Bon an, mal an, je lis à peu près une centaine de livres moi aussi, mais je les choisis au gré de mes envies : des fois je file pour un gros bouquin, des fois pour un petit truc... On a assez de contraintes et d'objectifs dans la vie, non? Pourquoi en rajouter dans nos loisirs? ;)

    RépondreSupprimer
  6. @Gen, question vieille comme le monde... Pourquoi se mettre des objectifs quantifiés de lecture? Je crois que c'est une habitude trop ancrée en moi. J'ai mis la pédale douce sur toutes les autres aspects, justement parce que je ne veux pas me mettre de pression. Et pour les livres, je les choisis au gré de mes envies, rassure-toi! Par contre, je me suis rendue compte, comme je l'ai écrit dans mon texte, que de compter le nombre de pages me pousse à lire des gros livres qu'avant je délaissais. C'est une bonne raison de compter les pages à mes yeux. Et puis, si je n'atteins pas mon objectif, personne ne va mourir! :P

    RépondreSupprimer