mardi 3 décembre 2013

L'île au trésor de Robert Louis Stevenson

L'île au trésor  Robert Louis Stevenson  Lu en numérique *


Résumé:
Jim Dawkins vit dans l'auberge de ses parents où s'incruste un mystérieux marin.  Lors que celui-ci meurt subitement, Jim et sa mère trouve dans ses affaires une mystérieuse carte menant au trésor du légendaire capitaine Flint, pirate de sinistre réputation.  Accompagné du Docteur Livesey et du Chevalier Trelawney, Jim part pour la mystérieuse île au trésor.  Cependant, le Chevalier, un peu naïf, embarque à son bord un équipage étrange, ayant à sa tête un certain Long John Silver...

Mon avis:
C'est le cas typique d'une histoire prise et reprise, adaptée au goût du jour, mais gardant toujours la même trame narrative.  La version de Robert Louis Stevenson est la version originale, mais j'avoue qu'elle a mal vieilli.  Le ton et la narration sont typique du XIXe siècle, avec son florilège de description, son esprit vieille époque et son amour des valeurs victoriennes d'alors.  Ses personnages stéréotypés et naïfs également.  Pour Jim, cela est un peu normal, vu son jeune âge, mais pour le Chevalier Trelawney, cela est moins sûr!  J'ai trouvé ce personnage d'une suffisance à en taper sur les nerfs!  Tout le contraire du Dr Livesey, ancien soldat, un homme pratique, juste et capable, qui sera le mentor de Jim.  Long John Silver est sans doute le personnage le plus intéressant de tous, machiavélique, retors, capable de changer de clan d'un claquement de doigts si son intérêt est là.  Quand à Jim, il est jeune, naïf, mais quand même futé, un enfant réaliste, vu son éducation et le milieu d'où il est issu, mais tout de même, ses éternels coups de chance vont un peu trop loin.  Cette aventure est intéressante, mais il faut apprécier le style littéraire de l'époque de sa rédaction.  Parce que si l'histoire, mise à la sauce moderne, reste en elle-même intéressante, la façon de raconter reste typique de son époque.  Cela m'a fait penser à Jules Verne, mais avec cependant plus d'action et une histoire écrite à la première personne.  D'ailleurs, la genèse du texte raconte que ce livre a d'abord été conçu par Stevenson pour être raconté au fils du premier mariage de sa femme lors d'un jour de pluie.  Une oeuvre adaptée à un jeune public donc, mais dont la résonance va bien au-delà, parce que grâce à ce livre, Stevenson va schématiser tout l'univers des pirates qui s'est perpétué jusqu'à nos jours.  Penser à tous les films de pirates que vous avez vu et tous, absolument tous, doivent un petit quelque chose à L'île au trésor:  Le trésor caché que l'on cherche, le look pirate, les constants retournements de ceux-ci dans les moments les plus critiques car ils ne sont menés que par leur intérêt.  Un classique à connaître, mais à lire?  J'en sais rien.  Je suis contente de l'avoir lu, mais je ne lui aie rien trouvé d'extraordinaire.

Ma note: 3.5/5

* Le fichier numérique libre de droit que j'ai lu peut se télécharger ici.  J'en profite pour dire que le fichier était de qualité à comparer de nombreux livres numériques gratuits que l'on retrouve sur le web.

3 commentaires:

  1. C'est drôle, moi j'avais au contraire trouvé que l'écriture vieillotte nous mettais dans l'ambiance, comme si on tombait sur un vieux journal manuscrit. Aussi, j'en avais trouvé le sentiment de danger accru, puisqu'on se sentait loin des textes "stérilisés" des versions plus Disneyenne.

    RépondreSupprimer
  2. @Bianca, J'ai lu et apprécié pour leur style beaucoup de romans du XIXe siècle, mais dans ce cas-ci, je n'ai pas mordu. Tout simplement!

    RépondreSupprimer