samedi 26 février 2011

Blacksad: 2- Artic Nation de Dìaz Canales et Guarnido

Blacksad: 2- Artic Nation de Juan Dìaz Canales et Juanjo Guarnido  Dargaud 48 pages






Résumé:
Blacksad est engagé pour retrouver la fille d'une mère célibataire noire.  Celle-ci n'a pas porté plainte dans ce dossier.  Il faut dire que dans le quartier sordide où elle vit, être noir, c'est subir.  Surtout parce qu'une bande d'animaux à la fourrure blanche et polaire tente de faire sa loi en refusant tous les autres, à moins qu'ils ne se soumettent, contrairement à l'autre gang en ville qui se réclame du pouvoir noir.  Pour Blacksad, sa fourrure noire et sa petite barbe blanche le mette dans le clan des ennemis des deux côtés.  Pas facile d'enquêter dans ses conditions, mais notre chat détective en a vu d'autres.

Critique:
S'il y a bien une chose que je découvre en lisant les Blacksad, c'est à quel point il faut être attentif aux détails. Le dessin est riche, autant en mouvement qu'en subtil coloris et il faut souvent prendre le temps de regarder les arrières-plan qui sont aussi soignés que les avant-plan.  On comprend bien des trucs en observant bien.  Si à la première lecture, j'ai été un peu mêlée dans l'intrigue, à la seconde, tout était parfait, excellente histoire, bien racontée et bien des choix de plans sont extrêmement judicieux.  J'ai aussi adoré la fouine que l'on fou dans les pattes de Blacksad comme copain.   Weekly est un petit journaliste d'une feuille de chou à sensation, pas le genre qu'on verrait à première vue ami avec notre félin détective, mais comme on dit, les deux font la paire.  Le côté rigolo de Weekly est d'ailleurs un des points forts de l'histoire.  Pour le reste, l'enquête sur la disparition de la petite Kyle tourne beaucoup autour de cet organisme racial suprémaciste blanc (donc, tous les animaux qui sont dans ce club sont des animaux arctiques! hihihi!) et des sombres secrets de ceux qui en sont membre.  Beaucoup de retournements en cours de route, qui donne une intrigue bien plus proche du roman policier traditionnel.  On ne voit pas le moins du monde venir la fin.  Une excellente BD, dans tous les sens du terme!

Ma note: 4.5/5

Je remercie Diffusion du livre Mirabel et plus particulièrement Frédéric pour ce service de presse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire