vendredi 29 juillet 2016

Open d'Andre Agassi

Open  Andre Agassi  (JR Moehringer)  Plon 501 pages



Résumé:
Le petit Andre Agassi a sept ans quand son père l'installe sur un terrain de tennis, face à une machine à lancer des balles.  Cette machine, il la surnommera le dragon et son père tyrannique l'obligera à frapper 2500 balles par jour à partir de cet âge, décidé à faire de lui un numéro un mondial.  Le moment où il va commencer à détester le tennis.  Ce qui ne l'empêchera pas de devenir, quelques années plus tard, le numéro un mondial.  Dans ce livre, on le suit dans les innombrables hauts et bas du joueur de tennis.  Avec ses moments de bonheur, de gloire, mais aussi ses descentes aux enfers.  Et les matchs qui rythment le tout.

Mon avis:
Honnête j'ai le goût de dire.  Évidemment, c'est une autobiographie, donc, forcément, Andre Agassi ne raconte que ce qu'il veut bien dire.  D'ailleurs, point à noter, je ne dirais pas l'auteur dans le cadre de cette critique puisqu'il le dit lui-même dans la post-face, il n'est pas l'auteur du livre, même si son nom figure sur la couverture.  Il nomme clairement le véritable rédacteur du texte et c'est tout à son honneur puisque que nombre de sportifs n'ont pas cette honnêteté.  On le suit pas à pas depuis l'âge de sept ans, alors que son père l'oblige à se mettre au tennis.  On comprend très vite que ce père, tyrannique et autoritaire, n'est pas le genre à qui l'on peut dire non.  Plusieurs anecdotes à l'appui, on saisit vite l'atmosphère dans laquelle lui et ses frères et soeurs ont grandit...  Déterminé à faire de son fils un numéro un mondial, il n'hésitera pas à lui mettre une immense pression sur les épaules.  Mais ce récit, c'est aussi la vie d'un jeune de Las Vegas, habitué dès son jeune âge à la notion de pari et de jeu.  Visiblement, la ville l'a beaucoup marqué.  Tranquillement, au rythme des matchs, des victoires et des défaites, on suit son parcours.  Dans les montées qui suivent les victoires, mais aussi dans les spectaculaires et profondes périodes de doutes qui suivent la défaite.  Un match à la fois.  Victoire, montée.  Défaite, descente.  Match par match.  Et on a plein des récits de match.  Ce qui est surprenant, c'est que même au bout du douzième, on est pas tanné de les lire.  Au contraire, on garde l'intérêt envers chaque partie, sans que la répétition s'installe trop, quelque sois notre niveau général de connaissance sur le tennis et ses règles (chapeau au rédacteur sur ce point!).  Ses relations avec les autres, très fortes, entre autre avec son frère Philly (lui aussi obligé de jouer au tennis par leur père) et son entraîneur Gil, quasiment son second père.  Si le livre parle beaucoup de tennis (évidemment!), il parle aussi beaucoup de la personne derrière le joueur, qui s'est longtemps cherchée.  Sur ce point, on ne peut que le comprendre.  Le joueur qui sur le terrain semblait un rebelle, un bum était en fait un être humain qui comme il le dit lui-même, se cherchait, explorait, plus qu'il ne s'affirmait, version plus largement véhiculée sur son compte.  C'est l'être humain derrière le sportif que l'on découvre et c'est très intéressant.  Certes, il fait l'impasse sur certains détails (tient, il a eu une petite amie pendant deux ans à Memphis?  Il le dit comme ça en passant, sans même la nommer!) et certaines parties de sa vie restent plus mystérieuses, mais quand même, on sent l'honnêteté de dire les choses telles qu'elles ont été pour lui.  C'est très intéressant et ça se lit comme un page turner.  J'ai vraiment beaucoup aimé.

Ma note: 4.5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire