mercredi 5 août 2015

Les lignes de désir d'Emmanuel Kattan

Les lignes de désir  Emmanuel Kattan  Boréal  248 pages


Résumé:
Sara est née à Montréal d'un père juif et d'une mère musulmane et libanaise.  Profondément double, elle a grandi entre les traditions juives et musulmanes, aimée de ses deux parents, sans se poser de questions.  Jusqu'à la mort de sa mère à la suite d'une longue maladie.  Quelques années plus tard, elle déménage en Israël pour aller étudier l'archéologie.  Sur la ligne de front du conflit israélo-palestien, elle qui appartient aux deux camps.  Sa disparition, plusieurs mois plus tard, plongera son père Daniel dans l'effroi et le poussera à partir en quête de sa fille: que lui est-il arrivé durant ces quelques mois où ils ont été séparés?

Mon avis:
J'ai déjà lu plusieurs livres parlant de religion, mais celui-ci aborde une thématique légèrement différente: il parle de la foi.  Pas des rites, pas des symboles, pas des dogmes, mais des gestes que l'on fait et qui ont un sens religieux.  Pour Sara, ces rites ont un double-sens et on sent très vite que dès son enfance, entre un père juif, mais peu pratiquant et une mère musulmane qui priait chaque jour est apparu un déchirement en elle.  Un déchirement qui la suit dans sa vie d'adulte, particulièrement dans le contexte hautement polarisé qu'est Israël aujourd'hui. On suit son évolution à la fois au travers des courriels qu'elle échange avec son père, de son journal intime et aussi du récit de la recherche qu'entreprend Daniel après sa disparition.  Récit intime et intimiste d'une jeune femme à la recherche de quelque chose caché au plus profond d'elle-même.  À travers ses amoureux, se sont ses deux faces, opposées aux yeux des autres, mais unies en elle-même, la juive et la musulmane, que Sara découvrira.  Entre Avner le juif et Ibrahim le musulman, mais aussi avec toute la colère que suppose le conflit latent en toile de fond.  Porté par une très belle écriture, très fluide, on entre aux côtés des personnages comme aux côtés de vieux amis.  On est pratiquement dans les pantoufles émotionnelles des personnages, mais cela se fait sans flafla, simplement.  On est dedans, voilà tout et on partage tout avec eux.  Le personnage de Sara, jeune femme simple, tiraillée par sa dualité, qui se questionne et essaie de grandir et Daniel, qui perd tout en si peu de temps, sont magnifiques.  Autour d'eux, Samira, Ibrahim, même Avner, sont bien construit et assez étoffés pour être uniques en eux-mêmes.  Chacun a ses secrets, ses questionnements, ses désirs et ses propres réactions face à Sara et son histoire.  Une belle histoire, bien racontée, un trésor caché de ma bibliothèque que je suis très heureuse d'avoir lu.

Ma note: 5/5

2 commentaires: