mardi 7 avril 2015

Le lecteur change aussi...

Salut!

Ça m'est arrivée quelque fois et c'est arrivé à d'autres personnes aussi: à un époque, on trippait sur une série.  Genre solide.  Au point de guetter avec une impatience de junkie la suite.  Cette série, c'était notre univers, on en connaissait les moindres détails, les personnages, leurs relations entre eux, on faisait des paris à savoir comment finirait l'histoire.  On était accro.  Et puis est arrivé un autre tome.  Et la magie n'était plus là.  Il manquait quelque chose.  Ce n'était plus ce qui nous avait fait tripper.  Alors, on délaisse la série, en se demandant parfois pourquoi les choses ont si mal tourné.

La plupart du temps, on accuse l'auteur.  Il a dérivé en cours de route.  Il a pris une direction différente, s'est éloigné de ce que l'on aimait.  L'oeuvre a changé, on ne l'aime plus, on ne s'y retrouve plus.  Ce qui nous faisait vibrer, tripper est comme disparu.  On accuse souvent l'auteur de tous les maux et parfois, c'est le cas.  Il est après tout le seul maître à bord de son oeuvre.  Il peut faire prendre à son oeuvre la direction qu'il souhaite.  C'est à lui.  Seulement, ce n'est pas tout le monde qui va le suivre.  L'auteur peut s'éloigner de ce qui avait fait la force de ses premières oeuvres.  Les raisons sont innombrables, mais l'une d'entre elles est très simple: le temps passe pour lui aussi.  Il peut s'écouler des années entre deux tomes d'une série et durant ce temps, l'auteur vit: naissance, mariage, divorce, deuil.  Une oeuvre ne s'élabore jamais entre quatre murs cloisonné du reste de la vie.

Mais avant tout, le lecteur change lui aussi.  Une oeuvre qui à l'adolescence nous charmait, nous enchantait, pourra nous paraître fade à l'âge adulte.  Parce que nos goûts ont changé, parce qu'on en a lu d'autres.  Et parce que nous aussi, lecteurs, on ne vit pas entre quatre murs.  Une héroïne qui nous enchantait avec ses histoires d'amour peut nous taper sur les nerfs parce que l'on vit de se faire planter là.  De quoi faire décrocher d'une série.  Des situations comme celle-là peuvent facilement arriver.  Et l'auteur n'y est pour rien.  On pourra l'accuser de tous les maux avec tous ses mots, ça ne changera rien au fait que c'est nous qui portons un regard différent sur son oeuvre.

Surtout lorsqu'une série s'étend sur plusieurs années, le lectorat peut décrocher entre deux tomes.  Tout simplement.  La vie ne s'arrête pas pour personne, même si la littérature a cette capacité de nous faire vivre hors du temps. Il est inutile d'accuser qui que ce soit sinon du temps, car lui, il ne s'arrête jamais.

@+ Mariane

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire