mercredi 24 février 2016

Red Queen de Victoria Aveyard

Red Queen  Victoria Aveyard  Du Masque  448 pages


Résumé:
Mare est une Rouge.  Son sang est rouge, contrairement à ceux des Argents, la caste dominante de son monde.  Ceux-ci possède de puissants pouvoirs magiques qui leur servent à contraindre les Rouges à mener une vie de servitude et de misère, les forçant entre autre à servir de chair à canon dans une guerre sans fin avec un des pays voisin.  Décidée à éviter la conscription, Mare veut tout tenter pour éviter de devenir soldat, ce qui l'emmènera à faire une étrange rencontre... et d'être engagée au Palais.  Lors d'une journée fort importante, celle du Choix de la Reine, les Argents décident de l'épouse du prince héritier.  Et où Mare va, bien malgré elle, démontrer qu'elle a des pouvoirs dignes d'une Argent.  Contrainte aux fiançailles avec le second fils du roi, obligée de mentir sur son passée et de prendre une place où elle n'a aucune marge d'erreur à la cours, elle refuse de laisser tomber les siens et entre en contact avec la résistance.  Même si elle est parfaitement consciente du prix à payer.

Mon avis:
Ce n'est pas un grand roman de dystopie, entendons-nous au départ.  L'univers de base est mince comme une feuille de papier et on peine à comprendre pourquoi les Argents ont un sang d'une couleur différentes des Rouges et comment le système autour d'eux s'est mis en place.  Par contre, il y a plusieurs points positifs dans cette histoire.  Premièrement, Mare est un personnage très intéressant.  Contrainte d'accepter un mariage arrangé et de voir le reste de sa vie dictée par le Roi et la Reine, elle décide secrètement d'abord, puis de manière très décidée de se rebeller, malgré les risques, autant pour elle-même que pour ceux qu'elle aime.  Et c'est ce choix, parfaitement assumé et logique qui est intéressant.  Contrairement aux caprices et coups de gueule d'une Katniss Everdeen, Mare décide de façon consciente et éclairée de prendre part aux événements pour changer les choses et elle le fait.  Elle aura donc à ruser et à jouer d'adaptation, ce qui rend le récit intéressant.  Ses relations avec sa famille, ses frères et sa soeur, son père gravement malade (qui pourrait être sauvé par un Argent, mais aucun ne lèverait le petit doigt pour un Rouge!), sa mère qui voit ses enfants partir les uns après les autres pour la guerre...  C'est bien décrit et c'est réaliste des tensions internes qui peuvent être déclenchés par les différences de personnalité et de rêves au sein d'une même famille.  Surtout pour sa soeur qui verra sa seule chance de vivre une autre vie bousillée, en grande partie à cause de Mare.  Le contexte social est extrêmement bien décrit.  On a l'impression de voir les Argents comme la haute-société française quelques années avant la Révolution.  Une société qui est persuadée de son importance, qui ne voit pas le monde autour de lui et se complaît dans une vie luxueuse au dépend du labeur des autres, sans jamais leur laisser une chance d'améliorer leur sort.  Une société qui est toute tournée vers des questions d'étiquettes et de rang aussi, dans une bataille sans merci pour le pouvoir, mais entre eux uniquement.  Dans la vraie vie, la naissance déterminait le rang dans la société dans la France pré-révolutionnaire, dans le roman, c'est la couleur du sang.  Un parallèle pourrait aussi être fait pour les Rouges avec la situation des Noirs aux États-Unis: s'ils ont accès aux études (dans le monde de Mare, si un Argent les prends en apprentissage), ils peuvent espérer améliorer leur sort, mais sans ça, l'ascenseur social est bloqué pour la majorité.  Les personnages qui entourent Mare sont aussi extrêmement intéressant: les deux princes pour commencer, Cal et Maven, demi-frères complices, eux-mêmes pris dans un système dont ils sont conscients des limites chacun à leur façon.  En relation avec les deux (c'est Cal qui la fait engager au Palais et elle est fiancée à Maven), elle se méfie des deux pour des raisons très différentes.  En fait, on ne saura qu'à la fin la confiance qu'elle peut accorder à chacun d'entre eux.  Cependant, tous deux représentent une façon d'aborder le pouvoir et les défis pour l'avenir très différente, comme les deux faces d'une pièce de monnaie, ce qui en donne deux visions et deux façons de l'aborder.  Julian, le frère de l'ancienne reine (la mère de Cal), en initiateur de Mare dans ce monde et en mentor pour le développement de ses pouvoirs, a un beau rôle.  Passif et désabusé, il a vu sa soeur mourir et tout le monde accepter cette vérité sans broncher.  Alors que son instinct lui dit que c'est faux.  La présence de Mare réveillera en lui quelque chose d'enfoui.  Un personnage qui aura une belle évolution tout au long du livre.  J'ai beaucoup aimé la cérémonie du Choix de la Reine.  Alors que les archétypes des romans de fantasy nous parle de la beauté des femmes, cette fois-ci le choix de la Reine est fait en fonction des pouvoirs des candidates, qui démontreront leur puissance dans un concours de démonstration de force... en robe de soie, bien sûr.  Un roman dont le côté social et les personnalités des protagonistes sont surdimensionnés par rapport à l'univers de base et c'est bien dommage, parce que ça en fait un géant aux pieds d'argile.

Ma note: 3.5/5

2 commentaires:

  1. Ah dommage que l'arrière-monde soit si mince, ça me semblait intéressant et différent pour une fois. Je vais ptêt me risquer pareil. Après tout, un arrière-monde mince, c'est correct si ça sert de prétexte pour une bonne histoire (par exemple, le film In Time n'a pas des bases très solides, mais ça reste un bon divertissement)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai beaucoup aimé la façon différente de traiter les personnages. Il y a peu de manichéisme dans ce roman, surtout pour les personnes principaux et ça le rend intéressant.

    RépondreSupprimer