jeudi 28 novembre 2019

Le sorceleur: 1- Le dernier voeu de Andrzej Spokowski

Le Sorceleur  tome 1  Le dernier voeu  Andrzej Sapkowski  Milady  382 pages


Résumé:
Geralt de Riv est un sorceleur, un spécialiste des monstres magiques, un mercenaire qui ne combat que pour l'argent.  Enlevé à sa famille dans son jeune âge, il a été transformé par un traitement cruel afin d'améliorer ses sens et sa rapidité.  Dans son monde, où les humains ont colonisé une terre autrefois peuplée d'elfes, de nains et d'autres créatures magiques innombrables, il est un errant, payé au travail accompli, souvent craint, parfois méprisé.  Au fil de ses aventures, il ne cherche au fond qu'une seule chose: son humanité perdue.

Mon avis:
C'est... différent.  À la fois dans la manière de raconter, dans les sujets, dans la façon dont l'auteur a choisi de cadrer son héros.  Geralt de Riv n'est pas un homme bon ou mauvais.  Il fait ce qu'il a à faire et entend être payé pour.  Il ne s'implique d'ailleurs jamais dans les causes pour lequel il a des contrats.  C'est la totale antithèse du héros défenseur d'un idéal.  On pourrait donc le croire cynique ou désabusée, mais c'est simplement que sa propre quête est personnelle et non collective.  Il ne cherche à sauver personne d'autre que lui-même.  Et il vit quête au travers de ses aventures, elle n'en constitue pas le coeur.

Le livre se tient aussi à distance des grands canons de la fantasy par sa structure.  Il n'y a pas de véritable début ou de fin à l'histoire parce que le récit est constitué d'une série de nouvelles entrecoupés par une autre raconté entre les autres épisodes qui constitue un peu le fil rouge, très mince certes, du livre.  C'est à la fois efficace et surprenant, parce que ça sort le lecteur de sa zone de confort.  Le récit n'offre d'ailleurs pas vraiment de ligne chronologique, ou du moins, bien peu de repères.  Oubliez donc les grandes envolées vers la fin, on est pas dans ce registre.  Le récit prend très peu d'essor au fil des pages.  La tension monte et descend lors des combats, mais sans porter une grande histoire qui nous ferait dévorer les dernières pages.  Les scènes de combat sont nombreuses et très bien décrites.  Je n'ai pas trouvé l'info, mais il ne serait pas surprenant si l'auteur était lui-même un adepte de l'escrime tellement les détails des combats sont précis.

Autre chose, le récit est différent par le choix des créatures que Geralt combat, mais aussi par le choix du vocabulaire utilisé.  Le récit tire ses racines des contes et légendes de l'Europe de l'est et non de celui de l'ouest comme on est habitué et cela donne une saveur différente au récit.  Le rythme, les enjeux, les créatures magiques, la façon de raconter, tout a une texture légèrement différente.  D'ailleurs, je me demande à quel point la traduction du polonais a eu ici de l'influence sur le texte.  Je vais rester avec ma question, je n'ai aucune notion du polonais!

Sans être passionnant, c'est intéressant et c'est une porte ouverte vers un autre genre d'univers.  Quand à lire la suite, pas sûre.

Ma note: 3.75/5

2 commentaires:

  1. Je n'ai pas lu les bouquins, mais j'ai vu Vincent jouer au jeu... alors j'attends impatiemment la série télé! :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très honnêtement, moi aussi. Le matériel qu'il a créé est riche, pas étonnant que ça ait pris en jeu vidéo et ça peu donner un très bon rendu à l'écran. Le lire? C'est peut-être moins mon genre et la forme des nouvelles alternées, n'est peut-être pas la plus efficace en fantasy, quoique ça soit rafraîchissant.

      Supprimer