mercredi 7 octobre 2015

Ab Irato : La trilogie de Thierry Labrosse

Ab Irato Tome 1 Riel Scénario et dessins de Thierry Labrosse  Vents d'Ouest 56 pages


Ab Irato Tome 2  Descente aux enfers  Scénario et dessins de Thierry Labrosse  Vents d'Ouest 56 pages


Ab Irato tome 3  L'enfant prodigue  Scénario et dessins de Thierry Labrosse  Vents d'Ouest 56 pages


Résumé:
Montréal, 2111.  Le réchauffement climatique a provoqué une montée des eaux apocalyptiques, faisant de la ville une sorte de Venise.  Dans ce monde, c'est la loi du plus fort qui règne et le plus fort, c'est la compagnie Jouvex, qui vend une cure de rajeunissement permettant de vivre jusqu'à 200 ans... si on en a les moyens.  Les inégalités et la violence règnent en maître, mais comme toujours, la marmite sociale surchauffe.  C'est dans ce contexte plus que tendu qu'arrive Riel de la campagne, jeune homme désirant s'installer en ville pour améliorer son sort.  Sa rencontre avec Nève, jeune femme cherchant comme lui à avoir une meilleure vie sera brève, mais suffisante pour laisser des traces.  Quand des terroristes prennent en otage des centaines de civils dont Nève, Riel se sent tout de suite interpellé.

Mon avis:
Ok, c'est assez rare que je fasse une critique pour trois tomes d'une même BD, mais là, j'ai réalisé à la lecture du troisième tome que ce n'était pas tant une série que ça, mais bien une seule histoire racontée en trois chapitres.  C'est le genre d'oeuvre qui se lit vraiment mieux si on a les trois tomes sous la main plutôt que de façon indépendante, les deux premiers tomes se finissant sur des espèces de points de suspension qui ne sont pas vraiment des fins.  Le genre de série qui serait très bien regroupée en une seule intégrale.  Mais bon, commençons.  L'auteur, qui est à la fois le scénariste et le dessinateur de cette série, a campé son action dans un Montréal futuriste.  On reconnaît plus ou moins les bâtiments à cause de la distance temporelle (forcément, ça a un impact sur l'architecture!) et de la montée des eaux, mais tout de même, on reconnaît l'ambiance de la ville, son mélange entre ses héritages francophone et anglophone et les noms de ses lieux.  L'action est d'ailleurs en bonne partie campée dans le Vieux-Montréal.  Pour donner à la ville un aspect futuriste, l'auteur a choisi de travailler avec des teintes rabattues et beaucoup de bleus.  Peu de couleurs vibrantes, mais beaucoup de camaïeu dans les teintes d'orangé sombre, de gris, de chair et aussi parfois d'une teinte de jaune.  Ce qui ne fait que davantage ressortir le sang quand il gicle et ici, ce ne sera pas qu'une fois.  Les scènes d'action sont magnifiquement bien faites, on sent la tension, le combat, le mouvement dans ces scènes.  Les personnages sont parfois très bien faits, parfois peu développé.  Riel est un archétype du jeune garçon perdu en ville qui tombe éperdument amoureux, mais on sent sa sincérité.  Nève est une fille fonceuse qui ne s'en laisse pas imposer, quitte à jouer les pickpockets quand elle en a besoin.  Malgré tout, mes préférés restent Chogan et Gana.  Chogan l'indien, au faciès clairement identifié à ses origines autochtones, mais chef de police et très capable, qui aura à faire un choix clair entre faire uniquement son devoir et faire ce qui est juste.  Et Gana, la mystérieuse et silencieuse Gana.  Je crois qu'elle ne parle pas avant le troisième tome de la série et même quand elle l'a fait, j'ai douté tellement j'étais certaine qu'elle était muette!  Gana aux étranges pouvoirs qui permettent littéralement à l'auteur de s'éclater côté effet spéciaux.  Et qui est la clé de cette histoire.  Le contexte est un peu mince puisqu'on a déjà vu des dizaines d'univers mettant en vedette les méchantes entreprise contre le pauvre peuple, mais en même temps, comme c'est archi-connu, l'auteur ne s'y attarde pas.  On comprend le filigrane de l'histoire assez vite ce qui est à la fois une force car on ne se perd pas dans les détails et une faiblesse car ça enlève de la richesse à l'univers.  Beaucoup de pistes sont d'ailleurs ouvertes au fil des tomes, mais certaines ne sont pas complètes ou du moins, auraient pu être étoffées.  L'intrigue est très riche, mêlant la crise des otages au parcours de Nève et Riel, ainsi qu'à la quête très personnelle de Gana.  Trop riche peut-être, l'univers créé étant très ambitieux.  Malgré tout, on plonge dans cette histoire.  Peut-être avec moins de satisfaction à la lecture des premiers et deuxièmes tomes, mais avec beaucoup de plaisir à la lecture du troisième car c'est à ce moment que toutes les ficelles se nouent pour que l'on découvre les fondements de ce que l'on voit sans comprendre depuis le premier tome être dévoilés.  Une BD qui ne passera sans doute pas à l'histoire, mais un vrai travail, réussi à bien des niveaux, mais sans avoir le fini d'une oeuvre finement ciselée, particulièrement au niveau du scénario.

Ma note (pour l'ensemble de la série): 4/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire