mercredi 25 mars 2015

Colis 22 de Marsi

Colis 22  Marsi  La Pastèque 164 pages


Résumé:
Jocelyn Chicoine, alias Pluton, est livreur de colis pour SO, une entreprise de coursier à vélo avec une thématique système solaire: tous les coursiers ont des noms de planète et les services sont soient photonique (ultra-rapide) ou lunaire (un peu plus lent).  Sauf que depuis quelques temps, il enchaîne les malchances.  Pour se rattraper, il emprunte une course à sa petite amie Mercure.  Le lieu de la livraison se révèle fermé à cause d'un appel à la bombe, il retourne le colis à l'expéditeur qui est... malheureusement mort!  S'ensuit une série de rebondissement pour savoir que faire du fameux colis et aussi que faire avec cet emploi que Pluton, au fond, déteste souverainement.  Le tout poursuivi par un chien qui tombe amoureux fou du coursier avec en arrière-plan, un vieux féru d'ésotérisme qui tire on ne sait trop quelle ficelle.

Mon avis:
Ce que j'ai beaucoup aimé dans cette BD, c'est le découpage et les plans.  C'est très soigné, très pensé, pas cinématographique, mais presque.  Il y a quelque chose de la précision du trait d'Hergé dans cette BD, mais avec une sauce résolument différente.  Surtout pour les dessins des immeubles et les décors.  Les personnages sont bien, mais j'avoue que j'avais un peu de mal à les distinguer les uns des autres à l'exception de Pluton et Mercure.  Quoi qu'il en soit, on peut facilement sentir les différentes atmosphères, les différentes ambiances grâce aux décors, ce qui aide beaucoup parce que c'est ainsi que l'auteur différencie les endroits où évoluent les protagonistes.  Et vu la complexité de l'intrigue à un moment, c'est d'autant mieux.  Un peu mêlé de ce côté, on est par moment amené à se questionner à savoir où l'auteur va nous mener.  La façon dont il branche la fin avec le colis est un peu bizarre, sans vouloir dire tirée par les cheveux.  J'ai plus ou moins aimé la conclusion.  Et le chien.  Je me suis demandé à quoi il servait dans l'histoire à part nous faire rigoler.  Ce qui serait bien, seulement, l'intrigue est déjà dense, alors l'ajouter enlève du temps qui aurait pu lui être consacré et de deux, on ne comprend pas trop où l'auteur voulait en venir avec ce chien sorti de nulle part et qui suit Pluton partout sans raison particulière.  L'auteur aurait intérêt à travailler davantage ses scénarios parce qu'il est indéniable qu'il a le coup de crayon pour la BD.  C'est mal balancé entre les deux extrêmes, le dessin et le scénario, dommage parce que c'est l'équilibre des deux qui donne une bonne BD.

Ma note: 3.75/5

6 commentaires:

  1. Mis de côté le Trône de fer? O_o Est-ce que tu le lis en français? (Si oui, alors je comprends : la traduction est indigeste, Ned Stark a l'air coincé au lieu d'être grave et noble, Tirion sonne comme un épais au lieu d'un génie, etc).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En français oui, mais Ned me semblait bien grave et noble et Tyrion fort intelligent... De un, c'est looonnnng, de deux, certains personnages me tapaient royalement sur les nerfs. De trois, ben tout le monde me dit que la série télé est trippante, donc, c'est un bon prétexte. Ceci dit, je l'ai «lu» en audio, je pense que c'est un peu trop long comme oeuvre pour être apprécié de cette façon.

      Supprimer
    2. Oh oui, définitivement trop long pour l'audio! C'est un bouquin à se taper quand on est malade et qu'on peut se permettre une semaine de sofa intensif, sans grande envie de s'en extirper.

      Cela dit, s'il est parfois difficile de passer à travers le premier tome, d'habitude les gens dévorent les suivants.

      Mais oui, la série télé est bien aussi.

      Supprimer
  2. Coucou !

    Nix est une lune de Pluton dans la réalité scientifique. Bah oui, l'auteur s'amuse un peu, il l'avoue. Car il aime ces coups de foudre de l'homme à l'animal et vice et versa. Je ne pense pas qu'il va arriver un jour à pondre une oeuvre sans au moins la trace d'un animal.

    D'ailleurs, une prochaine oeuvre, se prépare à être que des animaux :-) ! C'est pour dire. Donc, tout ça pour dire que ce chien est comme les chats, on peut dire qu'il ne sert pas à l'intrigue non, mais à mon oeil à moi (car je l'ai lu !), il sert l'histoire. Dans le sens, qu'il fait monter la tension de Pluton, il est un prétexte à faire craquer les neurones ! Hi Hi. Mais ça, je ne pense pas que l'auteur l'a planifié ainsi. C'est cette part d'instinct que la création entraine avec elle.

    Ceci dit, tu n'es pas la première qui s'est demandé à quoi servait ce chien dans un jeu de quilles. Comme tous les chiens dans un jeu de quille, il dérange, il distraie !

    Pour ce qui est du scénario, cela a bûché fort en la demeure pourtant. L'histoire est encore plus complexe au départ. Il y a eu un travail avec le directeur littéraire et correcteur. Et voilà. N'empêche que .... la perfection est rare. Mais je m'arrête ici, car à partir de là, je suis si peu crédible avec ma position de conjointe !

    Merci pour ton recensement, c'est très apprécié (sourire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais bien que tu finirais par venir dire un petit mot ici Venise! ;) J'ai comme repris trois fois ma critique pour être certaine qu'elle dirait bien ce que je voulais dire ;) La présence des animaux ne me dérange pas, mais tu vois, je n'avais pas remarqué que le chien servait à mettre Pluton sur les nerfs à la lecture, pourtant, en y repensant, c'est tout à fait logique! Ben voilà, je l'avais juste pas remarqué au départ. Par contre, sans nul doute que je suivrais les prochaines publications de Marsi parce que s'il a, à mon humble avis, encore quelques croûtes à manger du côté du scénario, il a un réel talent en dessin que je ne demande qu'à revoir!

      Supprimer
  3. Ça tombe bien, des projets sont en cours.... Et puis, en plus, la couverture Voir - édition Québec, c'est un dessin de Marsi ce prochain jeudi. Nous sommes contents, son talent commence à être reconnu.

    Merci encore, un recensement, c'est tellement précieux pour les auteurs. J'ai l'occasion de ne jamais l'oublier !

    RépondreSupprimer