lundi 13 janvier 2020

Commencer par critiquer

Salut!

L'autre jour, j'écoutais une balado au sujet des mythiques Cahiers du cinéma, un journal français spécialisé dans le septième art.  J'y aie appris avec une assez grande surprise que l'un de ses plus célèbres critiques étaient par la suite devenu cinéaste.  François Truffaut commença donc sa carrière dans le milieu cinématographique en critiquant les films des autres.  Il est par la suite devenu un cinéaste marquant de la Nouvelle vague française.  J'ai éclaté de rire intérieurement, parce que  j'ai fait un peu la même chose.

Souvent, on recommande aux nouveaux venus dans un milieu de se mettre les mains dedans: il faut faire ce en quoi on veut devenir bon, en faire beaucoup, ne pas avoir peur de faire des erreurs, Que l'on écrive, que l'on dessine, que l'on fasse des films, on recommande souvent d'en faire, d'essayer et de recommencer encore et encore pour s'améliorer et apprendre de ses erreurs.  C'est une méthode qui bien évidemment est essentielle: personne n'est jamais devenu bon sans se salir un peu les mains et sans consacrer du temps et de l'énergie à ses projets.

Sauf qu'il me semble qu'il y a aussi une autre façon d'apprendre, qui est celle de regarder ce qui existe déjà.  Ce que la plupart des gens font naturellement, puisque, hé bien, si on a envie de faire quelque chose, c'est qu'on a accroché à quelque chose de semblable que quelqu'un a fait non?  On a qu'à penser aux étudiants en art qui recopient les oeuvres des grands maîtres dans les musées pour apprendre.  La plupart des grands auteurs ont été de grands lecteurs, la plupart des grands cinéastes ont été de grands cinéphiles et je pourrais décliner ici les exemples.  Il existe des exceptions certes, mais on parle bien ici d'exception et non de règle.

Si on va une coche plus loin que la simple observation, on retrouve l'analyse et un pas plus loin, la critique.  Pourquoi c'est utile?  Vous pourriez lire 100 livres et vous dire que vous en avez lu assez, mais ce n'est pas le cas.  Si vous n'avez fait que lire, vous êtes passé à côté.  Il y a bien des livres que vous avez aimez plus que d'autres, certains dans lequel vous êtes entrés plus que d'autres, d'autres que vous avez détesté, etc et ceci, sans que nécessairement, cela ait un lien avec l'histoire comme tel.  Il n'y a que les enfants de six ans qui sortent du cinéma en disant qu'ils ont aimé ou détesté le dernier Disney sans plus de nuances.  La majorité des gens ont des raisons pour aimer ou détester une oeuvre.

L'analyse, c'est justement ça.  C'est se demander pourquoi ça marche au juste?  Pourquoi ça n'a pas marché?  Pourquoi est-ce que le cinéaste/l'auteur(e)/l'artiste a réussi dans son but?  Pourquoi je l'ai aimé ou détesté?  Tout ceci a des raisons.  Parce que l'auteur réussi à nous transmettre l'information de très belle manière.  Parce que la psychologie de ses personnages est bien réussie.  Parce qu'on accroche littéralement et qu'on est scotchée au livre, etc.  Il y a des raisons.  Mais aussi, surtout, pourquoi ça ne marche pas.  C'est presque aussi important que de savoir pourquoi ça marche.  On réussit ainsi à en apprendre beaucoup sur l'art que l'on souhaite pratiquer.  On apprend des erreurs des autres, mais aussi, de leurs bons coups.

La critique, c'est transmettre cette information à d'autres personnes.  Vous pouvez très bien analyser un livre et avoir compris bien des choses, mais la meilleure façon d'apprendre n'est pas seulement d'expliquer ces raisons, mais bien d'être capable de les transmettre.  Un vieux truc dit: si tu veux savoir si tu as bien compris, essaie de l'expliquer à quelqu'un.  Faites le test si vous ne me croyez pas.  Quand on maîtrise bien un sujet, on est capable de l'expliquer.  L'art de le faire à un vaste public est justement, un art, mais l'expliquer à un ami ou à une autre personne, synthétiser les idées, faire ressortir les points importants, organiser le tout pour que la présentation soit logique, c'est ça, en grande partie, faire de la critique.

Pour un/e auteur/e, c'est doublement profitable.  De un, on lit et on analyse, de deux, quand on écrit, on pratique notre art tout en apprenant de celui des autres.  Certes, les cinéastes peuvent faire des vidéos pour faire leurs critiques de films (Youtube en regorge et c'est génial!), mais la critique papier reste encore la meilleure et la plus facile d'accès.  Et je m'imagine mal un chanteur critiquer le disque d'un autre artiste en chanson...

Tout ça pour dire que critiquer est une bonne façon d'apprendre, mais je tiens ici à préciser un truc: ne s'improvise pas plus critique qu'artiste.  Il faut avoir beaucoup fréquenté l'art que l'on veut critiquer pour bien le faire.  Tiens, c'est un autre avantage: lire pour critiquer des livres, ça nous fait lire encore plus!

@+ Mariane

2 commentaires:

  1. Ah, lire, critiquer, expliquer, recommencer... oui, en effet, c'est une maudite bonne façon d'apprendre à écrire, d'aiguiser son regard technique.

    Je crois que les plus vieux écrivains disent aux débutants "écrivez, on verra ensuite" sans se rendre compte que la critique de texte est de moins en moins enseignée et que beaucoup de jeunes aspirants-écrivains ne lisent presque pas.

    Mais bon... suffit de leur poser la question et d'ajuster les conseils en conséquence, hein? :p

    RépondreSupprimer