lundi 23 novembre 2015

La course du samedi

Bonjour à tous!

Depuis quelques années, à cause de circonstances diverses, j'ai moins parlé de mes visites au Salon du livre.  Sûrement parce qu'à la longue, je trouvais que je finissais par me répéter.  Mais bon, cette année, j'ai eu un samedi de fous, alors, je me suis dit que ça vaudrait la peine d'en parler, alors voilà:

*Veuillez prendre note que pour ce texte, les parties entre parenthèses indiquent les pensées que j'ai eu sans les prononcer à voix haute.

1- La journée a commencé très tôt.  J'ai alors eu le malheur d'ouvrir les yeux et Adorable chatte rousse l'a remarqué.  J'ai voulu faire un tantinet de grasse matinée (bon, disons me lever à 7h10 au lieu de 7h05...), mais Chatte Rousse qui avait décidé de perdre son statut d'adorable s'est mise à mâchouiller un sac de plastique qui traînaient dans ma chambre, chose qui, elle le sait bien le don de a) me mettre en furie, b) me faire sauter du hors du lit pour lui arracher le sac des pattes.  Succès total, deux minutes plus tard, elle avait son bol rempli et dix après, roupillaient dans MON lit alors que je commençait la course folle de ma journée (dur la vie de chat non?)

2- Préparer en vitesse le nécessaire pour a) la cérémonie de promotion à mon école de jiu-jitsu, b) le Salon du livre de Montréal (ce qui en soit demande un minimum de préparation), c) l'anniversaire de Frérot qui avait lieu le soir même, incluant l'emballage de son cadeau.

3- Passer faire une commission sur les chapeaux de roues pour ma mère avait de filer à mon dojo.  J'étais certaine de ne pas me taper de trafic, mais étant donné les travaux à Montréal...  (c*** de t***!!!!)

4- Arriver en retard au cours précédent la remise des promotions, mais le prof m'a laissé quand même m'entraîner (merci!!!!!!!!).  Je m'installe ensuite en rang pour les promotions.

Promotion #1
Discours de remerciements: Jiu-jitsu change my life!  Applaudissement!!!!!!!!!

Promotion #8
Jiu-jitsu change my life!  Applaudissement!!!!!!!!!  (les mains commencent à me chauffer un peu...)

Promotion # 17
Jiu-jitsu change my life!  Applaudissement!!!!!!!!! (ouch! les mains!)

Promotion # 25
Jiu-jitsu change my life!  Applaudissement!!!!!!!!!  (là, il commence à être un peu tard, il y en a encore beaucoup d'autres?)

Promotion # 32
Jiu-jitsu change my life!  Applaudissement!!!!!!!!!  (oui, mais là, on est rendu comme les chiens de Pavlov à applaudir et puis, tout le monde dit grosso modo la même chose!)

Promotion #34
Jiu-jitsu change my life!  Applaudissement!!!!!!!!! (Merde, j'aurais pas le temps d'aller prendre une douche avant d'aller au Salon du livre...  Et en plus on est genre 22 filles pour deux douches!)

Promotion #37
Jiu-jitsu change my life!  Applaudissement!!!!!!!!!  (YES, c'est le dernier!!!!!!!!!!!)

Après une multitude de prise de photos, de câlins, de poignées de main (il y avait quand même pas loin de quarante personnes à féliciter!), je réussis à filer au vestiaire, à mettre la main sur mon stock et à me changer sans provoquer de catastrophe.  Les cheveux absolument pas peignés et même totalement décoiffés, je me mets en route vers le métro (pas grave, je viens de me faire couper les cheveux, tout le monde pensera que c'est ma nouvelle coupe!)

Je réussis en trois stations de métro à avaler une demi-sandwich et j'arrive au Salon vers 2h30.

3- Salon du livre de Montréal!
Première personne sur qui je tombe: Patrice Cazeault, avec son magnifique complice de tous les Salons du livre, son chapeau!  Je prends le temps de lui faire un câlin de lui jaser un brin, mais je ne m'attarde pas en lui expliquant que mon temps de Salon est cette année chronométré parce que c'est aussi l'anniversaire de Frérot ce soir (chose que je vais répéter à peu près trente fois durant l'après-midi).  Il me fait promettre de repasser pour prendre la traditionnelle photo de Salon.  Promesse donnée!  Je plonge alors dans les allées bourrées du Salon en répétant mon «mantra» de Salon:

-Excusez-moi, excusez-moi, excusez-moi!
(mantra mental: c*** votre t*** de camp de mon chemin!)

Je remonter une file particulièrement lente et étroite et tombe sur un visage familier, celui d'Isabelle Lauzon.  AH!!!!  Salut toi!  Je change de file pour me glisser derrière elle et on trouve un coin dégagé pour faire un mini brin de jasette.  Sauf que je croise une autre connaissance que je ne vois que deux-trois fois par année et que ben... Heureusement, Isabelle a la gentillesse de comprendre et replonge dans la foule.  Après une brève conversation (mon Salon est à la course cette année, c'est l'anniversaire de Frérot ce soir, etc!), je me faufile (mantra, mantra) jusqu'au kiosque d'Alire où je fais la bise à à peu près tout le monde étant donné que je connais à peu près tout le monde (j'espère que personne n'avait la grippe...)  J'achète mon cadeau à moi de moi du Salon du livre, soit le livre de Philipe-Aubert Côté.  Je n'avais juste pas réalisé à quel point il était lourd ce bouquin avant de le mettre dans mon sac.  Je me suis donc promenée pour le reste de l'après-midi avec ce magnifique bouquin comme une brique dans un sac de plastique à mon bras.

J'enfile les kiosques, butine ici et là, mais honnêtement, mon tour n'a pas été en profondeur, je manquais de temps.  Je me suis concentrée sur mes classiques (ah, Gallimard!) et commence à fureter pour voir où se cacheraient les odi-menvatts dans le Salon, quand une voix joyeuse me lance:

-Hey Mariane!

Et oui, c'est Gen qui à sa table de dédicace est lumineuse comme tout malgré des cernes un peu foncé, cadeau de sa puce.  Sauf que là, en arrivant devant elle, je me rappelle de 2-... et que j'ai complètement oublié d'emmener ma copie d'Hanaken 3 pour la faire dédicacer!  (Ça t'apprendra à faire ton sac de Salon  à la course!)  Je prends le temps de piquer une petite jasette avec elle (on ne s'était même pas parlée au dernier lancement de Brins!) et là, mes yeux se lèvent vers le fond du kiosque, aperçoivent une boîte, reviennent à Gen, revoient la boîte derrière elle...  J'attrape une copie d'Hanaken 1 et lui lance:

-Minute je reviens!

Je file à la caisse payer le livre puis lui demande de dédicacer la copie pour la Lecture en cadeau!  Et oui, tradition chez moi, je fais dédicacer un livre à chaque année et je le donne en cadeau à un jeune lecteur.  Petite tradition personnelle.  En tout cas, ça semble être plus complexe de faire une dédicace à une personne inconnue à voie l'expression concentrée de Gen en l'écrivant.  On échange un brin sur nos séries télés en cours (on est toutes les deux fans de séries!) avant que je vois une lectrice qui s'approche de Gen.  Je la laisse à ses devoirs d'auteures pour poursuivre ma tournée (et m*** j'ai pas pensé de lui parler de Madam Secretary!)

Arrivé genre une demie-allée plus loin, Isabelle tombe de nouveau dans mon champ de vision.  Ça y est, j'ai découvert le repaire des odi-menvatts!  Ce qui me permet d'échanger avec Guy Bergeron, Isabelle (de nouveau et avec joie!) et Pierre Lavigne sur la série et même d'avoir quelques avants-goûts de la suite des choses.  Que je ne vois dis pas.  Faut bien que mes fragments d'exclusivité servent à quelque chose... :P

Je quitte les lieux après avoir convenu avec Guy que c'est sans doute à cause d'une requête faite contre moi (à cause de quel crime?  Mystère!)  qu'il a perdu mon adresse lorsque je lui avait envoyé il y a quelques semaines.  Je me retourne de bord et constate que la même lectrice qui parlait à Gen auparavant est à présent en présence des clowns vengeurs.  Je quitte le kiosque au moment où elle entame la discussion avec Guy.  Je reviens sur mes pas, déjà le Salon du livre de Montréal 2015 tire à sa fin pour moi.  Je retourne au stand d'Alire chercher ma dédicace de Phil-Aubert (que j'ai beaucoup aimé soit dit en passant!).  Et tombe sur Natasha Beaulieu.  Je m'arrête donc deux secondes pour lui jaser en zieutant ma montre parce que là, l'heure de mon départ était comme affiché sur l'écran.  Je finis par écourter la conversation ( :'''''( ) et passe en coup de vent dans le dédale des kiosques d'ADP pour saluer une amie qui travaillait là le temps du Salon.  Amie avait une meilleure vue que moi, c'est elle qui m'a trouvée, mais bon, j'ai écourté la conversation parce que là, Heure de départ prévue était dépassé.  Je retourne sur mes pas et retourne voir Patrice pour la photo (vous l'aviez oublié?  Pas moi!)  On prend donc la pose (voir sur son blogue, elle est bonne la photo!)  Je lui confie mes sacs le temps d'aller faire un petit tour aux toilettes.

Sur le chemin du retour des toilettes, je croise Ève Patenaude (aie-je dit que Heure de départ était déjà dépassée?), pique un trente secondes de jasette, passe reprendre mes sacs chez Patrice et quitte le Salon du livre... euh non, aperçoit les cheveux roux typique d'Ariane Gélinas et passe lui dire bonjour, et voit Pierre H Charron à côté et lui dit bonjour.  IL me dit qu'il attend pour une table ronde sur la science-fiction québécoise.  (:'(((((((  )  Et je me dit que définitivement, Heure de départ prévue est totalement dépassée!  Je sors du Salon, me disant que cette année, je n'ai absolument pas besoin d'une étampe pour réentrer comme souvent...  Tout de suite après, j'ai l'impression d'être légère, très légère...  M***  J'AI OUBLIÉ MON SAC CONTENANT LE LIVRE DE PHIL-AUBERT À LA TABLE DE PATRICE!!!  Je supplie le ti-monsieur à l'entrée de me laisser réentrer (heureusement que j'avais gardé mon reçu de paiement!), file à la table de Patrice qui est très soulagé de me voir revenir et quitte définitivement le Salon.

4- Bon, je saute mes aventures de métro (je ne connais pas bien la station près de laquelle je m'étais stationnée), mais je réussis à prendre place dans ma voiture à l'heure prévue pour mon arrivée à la maison de mes parents (qui a dit que je pourrais un jour quitter le Salon du livre à l'heure prévue?), mais bref, j'arrive là, encore surexcitée et sur l'adrénaline, on soupe, on jase (et bon, Frérot et moi, on jase à bâtons très rompus souvent!) et au moment de remettre ses cadeaux, il taponne l'emballage et me regarde avec un sourire.

-Un livre?
-Non, mais je serais-tu vraiment ta soeur si c'était pas le cas!

Oui, c'était un livre.  Je suis rentrée à la maison vers minuit et demie, mais je me souvenais encore assez de 1) pour enlever toutes traces de sac de plastique dans ma chambre avant d'aller dormir...

FIN!

@+ Mariane

6 commentaires:

  1. LOLOL! J'suis essoufflée juste à te lire! :) Merci de m'avoir trouvée lumineuse malgré les cernes! ;) (Et si tu me voyais aujourd'hui, tu comprendrais que la puce s'était retenue avant le salon du livre!!! :S Merde, un bébé ne devrait pas avoir le droit de percer 4 dents en même temps!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les dents en plus du reptembullisme? Ouch...

      Supprimer
  2. Je croyais être la seule à être essoufflée après la lecture de ce super billet :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas, moi je l'étais après l'avoir écrit :P

      Supprimer